Ville Safi Maroc

Safi (en arabe : آسَفي “Assafi”; en berbère: ⴰⵙⴼⵉ –“Asfi”; en Darija marocain: آسْفِي “Asfi”; en portugais : Safim) est une ville dans l’ouest du Maroc sur l’océan Atlantique. Capitale de la province de Safi et de l’ancienne région Doukkala-Abda, Safi a une population de 308 508 habitants (recensement de 20141).

La ville a été occupée par l’empire portugais (1488-1541). La forteresse construite pour protéger la ville, sous la domination portugaise, est toujours là aujourd’hui. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, Safi fut également l’un des sites d’atterrissage pour l’Opération Torch.

Safi est le principal port de pêche pour le pays et son industrie, et exporte phosphate, textile et céramique. À Safi est aussi en construction un deuxième port destiné au commerce des phosphates.

Le nom de la ville tel qu’il est prononcé localement est « Asfi », qui a été latinisé en « Safi » et « Safim » sous domination portugaise. « Asfi » signifie inondation ou estuaire de la rivière en berbère et vient de la racine berbère « sfi / de sfey » [réf. nécessaire] qui signifie inonder, renverser ou déverser.

Géographe du XIe siècle, Al-Idrisi a donné une explication apparemment fausse[réf. nécessaire] à l’origine du nom « Asfi ». Il le reliait au mot arabe « Asaf » (regret), ou « Asafi » (mon grand regret). Il fonde cette affirmation sur une étrange histoire à propos de certains marins de al-Andalus, qui avaient navigué pour découvrir l’autre bout de l’océan Atlantique. Ils s’étaient perdus et avaient débarqué sur une île où les indigènes les avaient capturés et renvoyés sur leurs navires les yeux bandés. Les navires avaient fini sur les rives du « Asfi ». Les habitants avaient aidé les marins perdus et leur avaient dit qu’ils étaient à deux mois de navigation de leur terre natale al-Andalus. En entendant cela l’un des marins répondit en disant : « Wa Asafi » (« Oh mon grand regret »). Al-Idrisi écrit que depuis cette époque la ville porterait le nom d’« Asafi ». Cette histoire est réputée être une légende[réf. nécessaire] et une explication peu probable de l’origine du nom.

Les Berbères (Thyamiaterion ou Carcunticus) de Safi commerçaient dans les villes côtières avec les Carthaginois. [réf. nécessaire]

C’est près de Safi qu’ont été trouvés le plus vieil ossement berbère et les ossements fossiles d’Homo sapiens les plus anciens. [réf. nécessaire]

Au XVe siècle, Safi s’ouvre au commerce européen. Les Portugais apprécient même si bien sa rade naturelle qu’ils s’en emparent en 1488, par une opération combinée (par terre et par mer) montée à partir de leur base de Mogador (Essaouira). Autour de la ville, ils élèvent une enceinte et construisent une forteresse au bord de la mer. Mais cette occupation dure peu, car dès 1541, les Portugais qui viennent de perdre la ville d’Agadir évacuent volontairement Safi. Cela n’interrompt point les échanges avec l’Europe qui au contraire s’intensifient. Les Français y ont leur part. .

Après 1541, la ville a joué un rôle majeur au Maroc, comme l’un des plus sûrs et des plus grands ports maritimes du pays. De nombreux ambassadeurs auprès des Saadiens et des Alaouites, dynasties régnantes depuis le XVIe siècle, sont venus au Maroc via Asfi. Sa proximité de Marrakech, alors capitale du Maroc, a contribué à élargir le commerce maritime dans la ville. Louis de Chénier, consul au Maroc en 1767, a rapporté que la ville était le seul port utilisable à l’époque. Au XVIIe siècle, le consul de France a sa résidence à Safi et c’est dans ses murs que le commandeur de Rasilly signe au nom de Louis XIII plusieurs traités de commerce entre la France et l’Empire Chérifien. Mais, au XIXe siècle, c’est le déclin complet

Une marin français captif, Hippolyte Bernard Bidé de Maurville, qui a écrit le récit de son séjour au Maroc dans son livre datant de 1765, Relations de l’affaire de Larache, signala la présence d’un nombre important de maisons de commerce étrangères dans la ville : néerlandaises, danoises, britanniques et françaises.

Après que le sultan Mohammed ben Abdallah construisit la ville de Mogador, il interdit le commerce extérieur dans tous les ports marocains, sauf dans sa ville nouvellement construite. Par conséquent, Safi a cessé de jouer un rôle de premier plan dans le commerce marocain.Le saint patron de Safi est Abou Mohammed Salih.

Le renouveau est tout d’abord venu de la pêche industrielle : la sardine est la spécialité de Safi depuis que le développement de la conserverie a ouvert à ses pêcheurs un énorme marché. Puis les minerais de Jbilet et les phosphates de Youssoufia (90 km au nord-est de Safi) ont envahi les quais, entraînant l’extension et la modernisation du port.

Enfin, c’est à Safi que le pays a fait ses premiers pas dans la grande industrie par la construction d’un important complexe chimique (1972) à quelques kilomètres au sud de la ville.↵À partir de 1920, le port de Safi est l’objet d’extensions progressives, grâce à l’accroissement de l’exportation des phosphates. Mais c’est au cours de la Seconde Guerre mondiale, que la flottille de pêche connaît une croissance considérable liée au développement de la conserve, qui fera de Safi, au début des années 1950, le premier port sardinier du monde, pour la pêche et la conserverie. Safi est aussi célèbre pour l’activité de ses potiers, attestée dès le XIIe siècle. Cette activité a connu un regain d’intensité au XIXe siècle, et une renaissance progressive, grâce à la création, vers 1920, d’une école de céramique et d’un atelier pilote, avec Maître Lamali, qui ont permis de renouveler et de perpétuer cette activité sur la Colline des Potiers.

Safi est aussi connue pour son rôle dans la résistance et la lutte pour l’indépendance du Maroc. Trois personnalités de Safi ont signé le Manifeste de l’indépendance : Haj Mohamed Bouamrani, M’hamed Belkhadir et Abdeslam El Mestari.

Safi a un climat méditerranéen.

Les données climatiques pour Safi
MoisJan.Fév.MarsAvr.MaiJuinJuil.AoûtSept.Oct.Nov.Déc.Annuel
Température moyenne haute (° C)18,219,020,621,323,324,628,829,227,625,221,618,823,2
Moyenne quotidienne (° C)13,013,814,916,018,320,323,724,122,620,016,613,718,1
Moyenne basse (° C)7,78,59,210,813,316,018,518,917,514,811,68,512,9
Moyenne des précipitations (mm)79,267,445,444,516,84,00,30,34,342,792,191,5488,5
Moyenne de jours de précipitations12,410,19,89,55,11,60,40,41,86,510,112,380,0
Moyenne d’heures d’ensoleillement205,5208,5258,7277,8314,4298,0325,8316,5263,0243,6204,1198,73 116,6
Source : NOAA

Les habitants sont composés de Berbères et Arabes descendants de :

  • Berbères qui vivaient dans la région avant la fondation de la ville ;
  • Berbères qui sont venus plus tard, de la plaine au sud de la région ;
  • une tribu arabe, les « Abda ». Ils descendent de la tribu Banu Hilal de Tunisie, et ont été installés dans la région au XIIe siècle. Ils ont engendré les Bhatra et les Rabiaa ;

une autre tribu arabe, les « Ahmar ». Ils descendent de la tribu Maqil d’Algérie, qui était marocaine autrefois.

À noter également que Safi avait une grande communauté juive, qui a émigré[réf. nécessaire] en France aujourd’hui, au Canada ou en Israël. À l’époque, elle représentait plus de 20 % de la population.

15 % des habitants travaillent dans le secteur maritime. La pêche et l’exportation de phosphate, des céréales et des câpres. La poterie est aussi très importante.

L’économie de Safi repose essentiellement sur l’industrie, la pêche maritime et l’agriculture. C’est la troisième ville économique du Maroc. Safi occupe une place stratégique dans l’économie nationale, elle tire autant avantage de sa position de carrefour entre les grand pôles du Maroc (Casablanca, Agadir et Marrakech) que de son cadre géographique et naturel privilégié, lui offrant de vastes plaines constituées de sol agricole, d’un sous-sol riche en ressources minières (phosphate, gypse et barytine) et d’une façade maritime sur l’océan Atlantique sur plus de 150 km. Tous ces atouts ont permis à la ville d’être un pôle d’attraction de l’activité économique dans plusieurs secteurs (conserverie de poisson, minoteries, valorisation des ressources minières, etc.).

ABC Achbar Allal Ben Abdellah Amouni Anas Annahda Assalam Azib Drai Azib Zemouri Bd My Youssef Bennis Biyada Boualam Castor Chankit Coopérative 3 mars CourseDabra Dar Bouaaoud Derb My El Hassan Douar Essafa El Bahia El Majd El Massira Essaada Habitat D’Urgence Habitat Européen Habitat Municipal Hay Bouab Hay Hrait Bied Hay Mohammadi Hay Rabat Hay Riad Hay Salam Hay Trab Sini HôpitalIjnnane Jenane Alane Jenane Chakouri Jenane Colonne 2 Jrifat Kachla Lkdima Kaouki Kariat Chems Loulya Kariat Chems Soufla Karyane Harouss Kliaa Sidi Ouassel I Kliaat Jrifat Lalla Aicha Lalla Asmaa Lalla Hnia Hamria Lamyaa Log des Fonctionnaires (108) Lot Aviation Lot Bled JadMedina Jdida Medina Kdima Miftah Elkhir Mouna Najah Al Amir Okba Bni Nafii Oued El Bacha Oumnia Ourida 1 Ourida 2 Place de L’Indépendance Plateau Port Qods Quartier Jrifate Quartier Industriel Quartier Kliaa Quartier Laarisa Quodia Bayda
Rahat Rih Safi 1 Safi 3 Safi 2 Saida 1 Saida 2 Sana 1 et 2 Sania Jemra Sania Lhamri Sania Zine Abbidine Sidi Abdelkrim Sidi Abdelkrim+Jenane Colonne 2 Sidi Boudhab Sidi Bouzid Sidi Ouassel II Smis Triki Laourini 1 et 2 Lghdir-Bourssass Libiar
Lot Chifa Lot Doukala Lot Ghita Lot Lourd Lot Qods Lot Zitouna Takabrout Tanguer Tarik Jorf Lihoudi Tikhribinte Village Espagnol Village Taybi W & Z Wiaam Zaouiat Sidi Ouassel Zine Abbidine Zouhour