La plupart des freelances doivent réaliser eux-mêmes leurs démarches afin de trouver leurs clients. Divers outils, comme les cartes de visite ou les logiciels (Inyo, par exemple) y contribuent. Dans cette optique, de nombreux indépendants ont déjà entendu parler du social selling. De quoi s’agit-il, et dans quelle mesure peut-elle être utile aux freelances ? Voilà les réponses à ces questions.

Définition du social selling

Le social selling désigne en fait la transposition dans le monde numérique des techniques traditionnelles de démarchage. Il s’agit d’une stratégie essentiellement centrée sur les réseaux sociaux, et qui vise à développer un réseau marketing.

Cette stratégie ne cherche pas directement à vendre, mais utilise notamment la création de contenus à forte valeur ajoutée pour attirer l’attention des professionnels d’un secteur donné.

Par exemple, si une entreprise vend des aspirateurs, sa stratégie pourra reposer en partie sur la création d’un blog qui vantera les avantages d’une maison propre. Les aspirateurs proposés par la marque ne seront pas systématiquement suggérés, mais la création d’un contenu pertinent autour d’eux aidera à booster leurs ventes. Le social selling se rapproche ainsi d’une notion marketing bien précise : l’inbound marketing.

Le social selling regroupe cependant d’autres pratiques marketing, qui sont applicables à l’échelle d’un simple freelance. Il comprend notamment (mais pas seulement) les techniques semblables à un « bouche-à-oreille » numérique. Autrement dit, il booste les recommandations de l’entreprise ou de ses produits auprès de ses clients.

Comment utiliser le social selling en tant que freelance ?

Les médias sociaux sont de loin les supports les plus utilisés pour la mise en place d’une stratégie de social selling. Dans un contexte B2B où des freelances devront convaincre leurs clients, blogs et réseaux sociaux seront les premiers acteurs d’une telle stratégie.

Les réseaux sociaux comme Twitter ou LinkedIn font désormais partie des principaux leviers publicitaires des entreprises, qui voient en eux un moyen de faire parler d’elles.

 

 En tant que freelance, une stratégie de social selling consistera d’abord en l’utilisation de réseaux sociaux professionnels, à commencer par LinkedIn. Ce réseau permet de publier et de partager des contenus à forte valeur ajoutée. Pour un rédacteur web, par exemple, le partage d’un article écrit récemment permet à des clients de constater par eux-mêmes le degré d’expertise qu’il peut atteindre. Plus largement, le social selling doit mettre en avant les avantages que présente le recours aux indépendants pour une entreprise.

À terme, une stratégie de social selling doit améliorer votre e-réputation. À la manière d’un portfolio, elle doit inciter vos clients potentiels à vous faire confiance, à envisager des relations de long terme et à vous recommander.